Today: Last Update:

 
 
 
 
 
 
 
 
 
  • Le dopage dans l'athletisme russe, une verite a deux visages


    07/01/20

    Les Russes ne paieront pas. Ils s’exposent au pire, mais ils ne paieront pas. Sanctionnée par une amende de 10 millions de dollars par World Athletics, la Fédération russe d’athlétisme (RusAF) devait s’acquitter de la moitié de la somme au plus tard ce mercredi 1er juillet 2020. Elle ne le fera pas.

    Selon le site sports.ru, le présidium de la RusAF a pris la décision de ne pas payer son amende lors d’une réunion organisée mardi 30 juin. Elle était dirigée par Yevgeny Yurchenko, le nouveau président de la fédération.

    A défaut d’un virement de 5 millions de dollars vers le compte bancaire monégasque de World Athletics, la RusAF se contentera de faire appel de sa sanction devant le Conseil de l’instance internationale. Elle demandera notamment un délai supplémentaire pour s’acquitter de son amende.

    Pour les athlètes russes, le coup est rude. World Athletics n’en a jamais fait mystère : le non-paiement dans le délai imparti de la première moitié de l’amende bloquera le processus d’éligibilité au statut d’athlète neutre. Les Russes ne pourront donc pas se présenter dans les meetings internationaux cette saison. A plus long terme, ils pourraient être privés des Jeux de Tokyo en 2021.

    Un site spécialisé basé aux Etats-Unis et au Danemark, RunRepeat.com, s’est intéressé sur un plan statistique à la réalité du dopage dans l’athlétisme russe. Le résultat de ses recherches est contenu dans une étude inédite, conduite par Jovana Subic. Son titre : « Le dopage russe est-il ce qu’il semble être ? »

    Dimitrije Curcic, le responsable des contenus sportifs chez RunRepeat, en a expliqué à FrancsJeux la méthode et les découvertes.

    Pour lire la suite, cliquez ici 

    Publié en partenariat avec FrancsJeux